carrelage terrasse head
Retour aux articles

La pose d’un carrelage de terrasse n’est pas très différente de la pose d’un carrelage au sol en intérieur, mais demande rigueur et minutie afin d’obtenir un résultat durable, résistant et esthétique. Des techniques de pose aux configurations possibles, en passant par les matériaux nécessaires et à la mise en œuvre, on vous dit tout.

 

Quelles sont les techniques de pose existantes ?

 

En tout, il existe trois types de pose différents pour son carrelage extérieur : la pose collée, la pose sur plots et la pose scellée. Tandis que la pose collée consiste à coller au mortier les carreaux sur un support sec, sain et stable, la pose sur plots, quant à elle, consiste à poser les carreaux sur des plots synthétiques, souvent réglables en hauteur, laissant des interstices pour l’évacuation des eaux pluviales. Son plus ? Proposer une terrasse démontable. Enfin, la pose scellée offre la possibilité de poser le carrelage directement sur un mortier puis de le sceller au sol. Cette technique traditionnelle demande la pose préalable d’une natte de drainage sur pente et nécessite donc de l’expérience en pose de carrelage extérieur. Plus simple et plus confortable à mettre en œuvre, la pose collée remporte la majorité des suffrages.

 

À chaque style, une configuration

 

À moins que vous ne choisissiez de réaliser de réels dessins de style avec des carreaux de formats différents, il existe 3 principaux types de configuration de pose du carrelage extérieur, pour des carreaux de même dimension. La pose droite, ou « à fond perdu », la plus simple à mettre en œuvre, consiste à aligner les carreaux de carrelages sur le ou les murs de manière linéaire et identique de chaque côté. Vous pouvez également opter pour une pose en diagonale. Avec cette technique, vous disposez un carreau au centre de la terrasse pour définir les diagonales de pose, perpendiculaires les unes des autres. Enfin, la pose décalée, ou « à joints contrariés » peut se faire sur pose droite ou en diagonale et consiste à décaler les lignes de carrelage les unes par rapport aux autres, comme pour une pose de lames de parquet par exemple. Attention toutefois à respecter une certaine régularité.

 

S’équiper du bon matériel

 

Un travail bien fait passe par l’utilisation du bon matériel. L’élément clé, dans ce type de chantier, est bien entendu le carrelage. Choisissez un modèle qui vous plaît et qui sera le plus adapté possible à votre terrasse. Il devra être adhérent, antidérapant et résistant. N’oubliez pas qu’un carrelage de qualité rime avec pérennité. Quant à la quantité nécessaire, après avoir pris les mesures de votre terrasse et défini le type de pose, n’oubliez pas de prévoir une marge d’erreur de 10 %. Le surplus servira à assurer les chutes et d’éventuels ratages de coupes, puis vous permettra de remplacer un carreau endommagé. Le mortier colle et mortier de jointoiement doivent être également adaptés à la pose extérieure. Prévoyez en moyenne 5 kilos de mortier colle par m² de carrelage.

 

Une fois la matière première en main, il ne vous restera plus qu’à vous équiper des bons outils pour réaliser la pose sans encombre. À acheter, à louer ou tout simplement à emprunter : des croisillons, une truelle, une spatule crantée, un maillet ou batte de carreleur, une carrelette électrique ou coupe carreaux, une pointe à tracer, un mètre ainsi qu’une règle de maçon, une raclette en caoutchouc, un niveau à bulle et une équerre, des profils de finition pour les bordures et les plinthes, une éponge, des chiffons, des gants ainsi que des lunettes de protection.

 

Bien préparer son chantier

 

La préparation de votre sol qui recevra le carrelage de terrasse est primordiale. Votre support se doit d’être propre, plan et stable pour pouvoir accueillir votre carrelage, mais aussi respecter l’inclinaison nécessaire pour l’évacuation des eaux de pluie (1 cm par mètre au minimum). Le mieux, pour un carrelage à coller, c’est de couler une chape en ciment ou en béton. Attention, il faudra alors prévoir un mois de séchage avant d’effectuer la pose. Veillez à ce que la dalle soit impeccable.

 

Ensuite, passez au calepinage, c’est à dire, au traçage des repères. Afin de prévoir les coupes, vous allez poser votre carrelage à blanc sur votre surface à carreler et tracer les repères au sol. Dans le cas d’une pose droite, vous tracerez une ligne perpendiculaire au mur jouxtant votre terrasse au milieu de la longueur, pour positionner le premier carreau le long de la droite tracée au sol, de l’extérieur, vers le mur. Ensuite, vous effectuerez le même travail sur toutes les autres rangées.

 

Les étapes incontournables pour bien poser son carrelage

 

Avant de débuter le chantier, assurez-vous d’être parfaitement équipé et que la météo est de votre côté. Privilégiez un temps sec. Si toutes les conditions sont remplies, il est temps de vous lancer. Dans le cadre d’une pose droite sur dalle, préparez votre mortier colle et effectuez un double encollage du sol et de l’envers des carreaux à l’aide d’une spatule crantée.

 

Puis, procédez à la pose d’un premier carreau. Placez-le en utilisant le maillet de carreleur pour parfaire son adhérence. Continuez en ligne vers le mur en positionnant les croisillons et recommencez sur chaque rangée. Pensez à vérifier la planéité de votre pose !

 

Enfin, pour la dernière ligne de carrelage le long du mur, n’oubliez pas l’espace pour le joint de finition. Les profils de finition ou les plinthes servent à réaliser les angles des arêtes de terrasse : placez d’abord vos profils, avant de coller le dernier carreau en le glissant en dessous. Nous vous conseillons de renforcer l’étanchéité de votre terrasse en posant un joint de silicone au ras du dernier rang de carrelage, avant le collage des plinthes et profils. Il ne vous reste plus qu’à enlever les croisillons et laisser sécher 24h.

 

Un conseil : avant de démarrer, ouvrez tous vos paquets et mélangez vos carreaux afin d’obtenir une couleur nuancée et harmonieuse.

Recommander cet article