retour Retour

Et si on craquait pour une vraie douche à l’italienne ?

Grande tendance du décloisonnement, la douche italienne prend peu à peu l’avantage sur les douches classiques. Cette douche au ras du sol vous donne envie ? Lapeyre vous explique les avantages de la douche à l’italienne dans une salle de bains, mais aussi les contraintes de son installation, pour investir sans se tromper.

3 bonnes raisons de choisir une douche à l’italienne 

Tendance, la douche à italienne a plusieurs avantages ! Elle est :

  • Sécurisante : affleurant le sol, son accès de plain-pied est sans différence de niveau ce qui facilite son usage et son entretien. Elle est idéale pour les enfants, les personnes âgées ou les personnes à mobilité réduite. 
  • Pratique : comme elle ne nécessite ni bac de douche, ni porte, la douche à italienne est un réel gain de place ! Elle s’adapte en surface et en forme.
  • Esthétique : ses configurations sont sans limites ! Ses parois peuvent être à angles droits ou courbes. Côté revêtements, le choix est large : carrelage, bois, grés, faïence ou mosaïque… 
  • Quatre éléments composent une douche à l’italienne :

  • Le receveur : ce système de récupération de l’eau est intégré dans le sol. Une fois recouvert d’un revêtement, il prolonge le sol de la salle de bains, sans créer de rupture… Central ou déporté, il peut être prêt à carreler ou extra-plat et nécessite une légère pente, indispensable pour le bon écoulement de l’eau.
  • La paroi de douche : transparente voire absente parfois ou confondue avec le mur.
  • La robinetterie : à choisir encastrée pour une finition design, ou apparente.
  • Le revêtement :de sol et mural, est souvent le même carrelage, et son le but est de protéger les murs et d’assurer l’étanchéité. 
  • Plafonniers et mitigeurs s’encastrent pour accentuer l’aspect design de la douche italienne.

    Installer une douche italienne dans les règles de l’art

    Quelles sont les règles et contraintes à respecter pour l’installation d’une douche à l’italienne ? Lapeyre vous dit tout.

    La création d’un receveur « de plain-pied ».

    Par définition, le sol de la douche italienne se confond avec le sol de la salle de bains, ce qui induit quelques contraintes de réalisation :

  • Dans une salle de bains neuve : il convient d’encastrer le système d’évacuation de la douche dans la dalle avant de recouvrir le receveur.
  • Pour une rénovation : il faudra envisager de décaisser le sol existant afin d’y intégrer un siphon ou un caniveau, pour obtenir une surface plane après réalisation… ou de créer une douche surélevée. Une autre solution consiste à utiliser un receveur extra-plat, très simple à mettre en œuvre. 
  • douche à l'italienne semi-vitrée avec structure noir et carrelage beige

    L’étanchéité avant tout !

    Dans une douche italienne entièrement maçonnée, l’étanchéité doit être irréprochable. Deux solutions s’offrent à vous :

  • La création d’une chape hydrofuge, hermétique, qui respecte la pente d’évacuation (entre 1 et 3 cm par mètre).
  • L’utilisation d’un kit à carreler : receveur à carreler et bonde de douche à encastrer et recouvrir, dont la pente est déjà prévue.
  • douche à l'italienne simple avec une grande vitre et carrelage beige