K
Retour aux articles

COMMENT INSTALLER UNE VERRIÈRE ENTRE SALLE DE BAINS ET CUISINE ?

 

Question :

« Bonjour,

Puis-je installer une verrière horizontalement entre ma salle de bains et ma cuisine ?

Hermine »

 

« Bonjour Hermine,

 

Je suis Stéphane votre expert salle de bains et je vais répondre à votre question.

 

Vous souhaitez apporter de la luminosité à votre salle de bains en installant une verrière en hauteur entre cette pièce et la cuisine ? Sachez que c’est tout à fait réalisable.

 

Pour apporter de la luminosité à une pièce plutôt sombre ou aveugle, l’idée d’une verrière s’impose naturellement. Quand il s’agit d’une salle de bains, la question de l’intimité nous pousse à réfléchir différemment au projet.

 

Quel que soit la pièce avec laquelle la salle de bains est mitoyenne, dans votre cas, il s’agit de la cuisine, l’ouverture se pensera, comme vous l‘avez évoqué, plutôt en partie haute du mur. Et pour bénéficier d’un maximum d’apport lumineux, elle pourra s’étaler sur (pratiquement) toute la largeur du mur. Votre verrière aura ainsi une forme horizontale.

 

K

 

Quant aux mesures, vous pouvez tout à fait réaliser une ouverture de 70 x 140 cm et la placer à la hauteur que vous souhaitez. Il n’y aura pas besoin de renforcement, (par exemple, un IPN), il faudra simplement laisser un bandeau entre le plafond et le mur pour pouvoir encastrer la verrière.

K

 

Sachez que votre projet implique une réalisation sur-mesure. Nous vous invitons à vous rendre en magasin pour établir la configuration exacte. Vous pourrez ainsi choisir exactement les dimensions de votre verrière, le nombre de carreaux, la couleur de la structure (grise, noire, blanche ou taupe), ainsi que le verre : opal ou transparent. Préférez un verre transparent qui laissera passer plus de lumière. Enfin, sachez que si vous le souhaitez, le service installation de Lapeyre est à votre disposition pour réaliser les travaux.

 

K

 

Voilà, j’espère avoir su répondre à vos interrogations. Je vous souhaite une bonne installation.

 

Bien à vous,

 

Stéphane »

Recommander cet article