aa
Retour aux articles

Choisir la bonne dimension pour votre douche à l’italienne : les conseils de notre expert 

 

« Bonjour à tous,

 

Ici Stéphane votre expert Lapeyre en salle de bains !

 

Vous avez succombé au charme de la douche italienne ? Je vous comprends, on en rêve tous. De plain-pied, spacieuse, pratique et très esthétique, elle est souvent LA solution plébiscitée pour les choix d’aménagement de salle de bains. Si elle s’adapte à presque tous les espaces, il faut en amont bien définir la dimension de votre douche à l’italienne. Pour préparer votre projet, suivez mes conseils pour choisir la bonne dimension de votre douche. Andiamo.

 

4

 

Quelle dimension pour votre douche ?

 

Avant de définir la dimension de votre douche à l’italienne, voyons ses composants. Un véritable modèle de douche à l’italienne a la particularité d’être ouverte et de plain-pied, c’est à dire sans marche, ni bac de douche. Elle suit le prolongement du sol. Conçue en carrelage, elle comprend plusieurs éléments :

 

- Éventuellement, quand elle n’est pas déjà maçonnée, elle se compose d’un receveur encastrable à carreler ou non, généralement invisible et qui ne fait qu’un avec le sol. Je reviendrai plus tard sur les receveurs 

- D’une paroi de douche en verre, pas indispensable mais recommandée pour éviter les éclaboussures dans une petite douche à l’italienne

- D’un revêtement (par exemple de la mosaïque ou du béton ciré sur un pan de mur, carrelage au sol)

- D’un siphon et d’un caniveau de douche au ras du sol à fort débit

- D’une bonde de 90 mm minimum et d’un diamètre de canalisation de 50 mm au moins

- D’un système d’étanchéité (chape hydrofuge et hermétique)

- Et d’une colonne de douche

 

Cependant, il existe aussi des modèles de douches s’inspirant de l’esprit “douche à l’italienne”. Étant donné que les travaux pour avoir une véritable douche à l’italienne sont assez importants (dont je vous recommande vivement de confier la pose à un professionnel), il n’est pas rare de voir des rénovations de douches avec un receveur qui n’est pas de plain-pied mais légèrement au-dessus du niveau du sol. Ce sont des modèles de receveurs dits extra-plats (entre 2 et 9 cm), en partie visibles. C’est souvent l’alternative la plus simple et économique. Je vous rassure, esthétiquement cela n’est absolument pas gênant : le tout, c’est de bien définir en amont la dimension de votre douche à l’italienne.

 

7

 

Le critère impératif pour vous aider à déterminer la dimension idéale de votre douche à l’italienne : le confort. Oui, comme pour toute les douches, il faut s’y sentir à l’aise. Vous devez pouvoir bouger, chanter “Mama Mia” sans craindre de vous cogner un coude. En somme, plus la dimension de votre douche à l’italienne sera grande, plus la douche sera agréable. S’il n’y a pas de taille imposée, idéalement on recommande une dimension de douche à l'italienne de 100 cm par 200 cm. La dimension minimale acceptable pour une douche à l’italienne est de 80 x 80 cm.

 

Mon conseil ? Avec un peu d’imagination, n’hésitez pas à simuler votre déplacement. Prenez des mesures par rapport à l’espace de votre salle de bains actuelle, au mobilier souhaité et à vos mouvements.

 

Élément central de votre future douche, le receveur peut être donc encastrable, extra- plat ou même sur mesure. Il se décline en différentes formes et tailles :

 

-       Rectangle : entre 60 et 180 cm de largeur, et 70 et 200 cm pour la longueur

-       Carré : 70 x 70 cm, 80 x 80 cm, 90 x 90 cm, 100 x 100 cm et de 120 x 120 cm

-       À angle arrondi : 80 x 80 cm ou 90 x 90 cm

 

Autre point à prévoir : l'évacuation de l'eau !

 

Pour bien évacuer l’eau, l’espace de votre salle de bain doit posséder une pente entre 1 et 3 cm par mètre. Si votre future douche à l’italienne inclut un receveur extra-plat, il faut auparavant que le sol où sera posé votre receveur, soit... bien plat ! Vérifiez ce point avec un niveau à bulle afin d’éviter un défaut de planéité lors de la pose.

 

J’espère que vous disposez maintenant d’informations judicieuses pour faire votre choix. 

 

À bientôt,

Stéphane »

Recommander cet article